«

»

Gratuite-des-bus-et-trams-étendue-aux-moins-de-25-ans-des-septembre

Valenciennes Les transports seront gratuits pour les moins de 25 ans dès septembre

cliquer ici 

 

Un tabac chez les moins de 18 ans

Le frémissement était perceptible avant même que la gratuité des transports en commun n’entre en vigueur pour les moins de 18 ans, le 1er septembre 2018. On peut désormais parler d’engouement. Le nombre d’abonnements jeunes sur le réseau Transvilles était évalué à 13 000 en 2017 ; il est passé à 18 500 au 1er décembre 2018. Cela représente un bond de 42 %, a eu vite fait de calculer Anne-Lise Dufour, qui juge ce score « énorme ».

Syndicat organisateur des transports urbains dans le Valenciennois, le SIMOUV annonce aujourd’hui, par la voix de sa présidente, vouloir élargir la mesure de gratuité aux moins de 25 ans, à la rentrée de septembre. Pas à proprement parler une surprise : elle l’évoquait dans un entretien qu’elle nous avait accordé en juillet.

Une mesure sociale

Pourquoi décider d’étendre l’accès du Pass and Go, la carte jeunes de Tranvilles ? Parce qu’« en France, quand on a moins de 25 ans, on n’a droit à rien », argumente Anne-Lise Dufour, pour qui « la mobilité est une question sociale ».

« L’économie, pour les familles, sera de l’ordre de 250 € par an. Cette aspiration à vivre dignement transparaît dans les revendications des Gilets jaunes. »

Elle a profité de ses vœux de présidente, jeudi soir, pour se lancer dans un vibrant plaidoyer : « Des tas d’étudiants sont contraints d’exercer de petits boulots, il y a une rupture dans l’égalité des chances de réussite. L’économie, pour les familles, sera de l’ordre de 250 € par an. Cette aspiration à vivre dignement transparaît dans les revendications des Gilets jaunes. »

Vers la gratuité totale

Cette extension ouvre la voie à la gratuité totale, sujet phare depuis que Dunkerque a impulsé le mouvement à la rentrée 2018. Calais y viendra à son tour le 1er janvier 2020. Dans le Valenciennois, « nous continuerons, avec les élus du syndicat, à travailler sur ce sujet », a promis Anne-Lise Dufour. À condition toutefois que « nous soyons aidés par l’État ».

Laisser un commentaire